Projet 2020 – 2025

Groupe thématique de recherche :

« Vulnérabilités du vivant ? »

LES DIFFERENTS AXES DE CETTE RECHERCHE

  1. Société et vulnérabilité : vulnérabilités de la personne, de l’Église, de Dieu
  2. Anthropologie de la fin de vie et de la mort
  3. La vulnérabilité dans le cadre de la barbarie et de la déshumanisation
  4. Vulnérabilité de la relation dans les situations de handicap extrême
  5. Le regard des civilisations orientales sur les personnes vulnérable
  6. L’animal comme paradigme de la vulnérabilité

COLLOQUE

« L’humain vulnérable face aux crises » 

En savoir plus

Projet 2020-2021

Dans la mesure où elle consiste à penser toute réalité à la lumière de la révélation plénière de Dieu en Jésus, le Messie crucifié (1 Co 1), la théologie accorde une importance de premier plan à la souffrance de l’être humain et de Dieu en particulier, mais aussi, depuis quelques années, à celle des animaux. Les « fragilités et vulnérabilités contemporaines » sont donc au cœur de sa mission et de ses préoccupations.

Si la vulnérabilité humaine est de tout temps, elle est aujourd’hui mise à l’épreuve par de nouvelles formes d’agression, telles que la menace environnementale, la crise sanitaire, le développement de l’intelligence artificielle, le transhumanisme, la manipulation génétique et l’accélération des changements culturels. Dans les dernières décennies, notre sensibilité à certaines vulnérabilités s’est affinée : no­tamment celle des victimes d’abus de pouvoir, des personnes handicapées, des personnes en fin de vie, des victimes de discriminations de toutes sortes, des réfugiés, ou des animaux.

« Après Auschwitz », croyants et théologiens ont appris à reconnaître en Jésus la perfection d’un amour et d’une compassion non seulement en sa vulnérabilité humaine, mais en sa vie de la perfection d’un amour et d’une compassion l’affectant Fils éternel de Dieu. C’est à la lumière de ce mystère que les enseignants-chercheurs de la faculté de théologie, conscients de l’urgence de répondre aux graves questions suscitées par les souffrances parfois insoutenables auxquelles expose la vulnérabilité, ont décidé d’exercer leur responsabilité de chercheurs face aux vulnérabilités contemporaines du vivant dans son ensemble.